Comment est rémunéré un auteur ?

[édition] Savez-vous comment fonctionne le droit d’auteur ?
C’est un terme qui désigne aussi ce que perçoit l’auteur grâce à la commercialisation de son oeuvre (et pas que les droits légaux d’un auteur).
La rémunération dépend de plusieurs facteurs :
☀️ Autoédition ou édition traditionnelle
☀️ À-valoir ou avance
☀️ Ventes déjà effectuées ou peu de ventes/premier roman
☀️ Format du livre
.
Prenons d’abord l’édition traditionnelle :

L’auteur touche un % sur les ventes. On calcule généralement ce % sur le prix TTC de vente. Il va de 4 à 12% en moyenne pour un livre papier, un peu plus pour le livre numérique. Ce pourcentage est surtout fixé en fonction du potentiel du manuscrit et de l’auteur : s’il est déjà connu ou commence à peine, si ses précédentes oeuvres se vendent bien ou non.

Le % augmente par paliers : par ex., le contrat peut stipuler 6% jusqu’à 1000 exemplaires vendus, et 8% au-delà.

Légalement, il y a une différence entre “à-valoir” et “avance”. Néanmoins, les deux termes sont souvent utilisés pour désigner la même chose : une somme versée à l’auteur (en une fois à la signature du contrat, ou en 2/3 fois à signature, puis remise manuscrit, puis date de sortie) pour son manuscrit. Néanmoins, cette somme est UNE PARTIE des droits d’auteur qui seront perçus suite à la vente du livre. Cela signifie qu’elle ne s’ajoute pas au pourcentage touché par l’auteur : si elle est de 500€, l’auteur commencera à gagner de l’argent sur son livre quand les ventes auront généré 501€ de droits d’auteur. La bonne nouvelle, c’est que cette somme est le plus souvent non-remboursable : si le livre ne se vend pas et ne génère que 400€ de droits d’auteur, l’auteur garde ses 500€.

Il faut donc retenir que l’à-valoir ne vient pas en supplément des droits d’auteur et que l’auteur ne touchera rien tant que la somme de ce qu’il touche sur chaque vente ne dépassera pas cet à-valoir.
.
En autoédition, c’est différent :

L’auteur fixe son prix

Les plateformes fixent un pourcentage à 70% (avec une autre option à 30-45% pour des livres moins chers)

Attention, le pourcentage est calculé sur une somme à laquelle on enlève d’abord la livraison et les frais d’impression (s’il y a lieu). Par ex., on aura un prix de vente à 17€, si le livre coûte 4€ et la livraison 2€ à la plateforme, alors l’auteur touchera 70% de 11€ (j’ai pris les chiffres au hasard).

Il n’y a aucun à-valoir

Il faut retenir que l’auteur a des coûts dans cette version : correction, couverture, éditeur freelance, maquette, exemplaires pour la presse, etc. La différence paraît donc très grande, mais il faut bien tout prendre en compte pour savoir où l’auteur est gagnant.
.
Ce que je dis là est une grande généralité mais les contrats peuvent sortir de ce schéma, comme dans l’édition à compte d’auteur (où l’auteur paie les frais de création de son livre).
.
J’ai déniché il y a quelques mois une ressource : un simulateur de droits d’auteur créé par Denis Bajram. Pour se faire une idée, c’est par là : https://www.bajram.com/pro/droits/

À bientôt, lecteur, lectrice.
Et, pour aller plus loin, on en parle ici sur Instagram : publication.

Laisser un commentaire