Écrire une histoire, ce n’est pas faire un livre

Créer un livre, ce n’est pas que l’écrire.
Il y a une différence entre écrire une histoire pour soi (ou sans réfléchir) et écrire une histoire pour qu’elle soit lue (et ici, je ne vous parle pas d’argent).
Avant, quand j’écrivais sans envisager faire lire ou publier, je ne réfléchissais pas : un personnage, un lieu, une action, j’étais partie pour des heures. Et franchement, je ne finissais pas. Et même quand je finissais (de temps en temps), il fallait repasser dessus plusieurs fois pour que ça soit ‘lisible’. Pourquoi ? Parce qu’un livre se CONSTRUIT. Un roman, un recueil, ça se pense comme un tout : il faut réfléchir à comment il va se lire, en particulier si l’histoire n’est pas écrire dans l’ordre chronologique des évènements.
D’ailleurs, il se peut que vous ayez écrit dans l’ordre, mais que vous décidiez que le lecteur lise l’histoire autrement. Ou que vous déplaciez des passages. Ou à l’envers, tiens ?
Ne partez pas du principe que l’histoire doit être lue comme vous l’avez écrite. Rien ne l’y oblige.
.
J’ai parfois le “concept” du livre qui me vient avant l’histoire elle-même. Et parfois, je décide qu’il n’y aura pas de concept : que mon histoire sera seule dans les pages. Les deux se valent.
L’important, c’est de choisir.
.
Franchement, on y pense rarement.
Et si vous tentiez autre chose ?
On ne sait jamais…
.
Ecrire une histoire, ce n’est pas faire un livre. Parce que derrière, il faut le construire (autant à l’extérieur sur le format, la couverture, le résumé, qu’à l’intérieur sur la forme, la mise en page, les visuels…).
Avez-vous pensé à ajouter des illustrations ? Comment se présenteront vos chapitres ? Quelle unité il y aura entre les livres d’une même saga, que ce soit sur l’histoire ou sur le livre ?
.
Posez-vous ses questions. Quand vous décidez d’écrire pour les autres, voyez plus grand : voyez collection, voyez livre, voyez expérience de lecture, dans tous les sens du terme.
.
L’histoire peut suffire. De grandes maisons d’édition s’embarrassent à peine de mise en page et de couvertures.
Mais l’histoire peut aussi être mise en valeur dans tous vos choix de livres. (ou l’inverse !)

À bientôt, lecteur, lectrice.
Et, pour aller plus loin, on en parle ici sur Instagram : publication.

Laisser un commentaire