Je n’écris plus, que faire ?

BON. Parlons peu, parlons projets.
Est-ce qu’il vous arrive de vouloir vraiment (vraiment) écrire (ou pour les non-auteurs, réaliser) un projet… mais de bloquer ?
Je ne parle pas juste de doutes, je parle d’un blocage pur et dur, alors que vous adorez tous les aspects du projet.
.
Je me suis retrouvée comme ça, sans comprendre d’où ça venait. Je devais me lancer dans mon roman d’urban fantasy, à recommencer et terminer. J’avais tous les personnages, l’intrigue, le monde, les différents tomes de la série, les détails des particularités fantasy…
J’avais tout, sauf les mots.
Vous avez déjà eu des… « phases » ? Des moments où vous pouvez faire un genre de choses, et pas d’autres. Ça m’arrive avec les films et les séries : même quand je les adore, je n’ai pas envie de reprendre telle série, de commencer tel genre de film…
En écriture, ça m’arrive aussi. Finalement, je n’arrivais pas à me plonger dans ce projet-là.
Alors, quand je n’écris plus, que faire ?
J’ai tourné et retourné le roman dans tous les sens. Tout m’allait. Et prendre le risque de tout changer (ce que j’ai essayé plusieurs fois), c’était m’éloigner de mes envies et de la forme que je voulais donner à cette série. Tout était comme je le voulais, finalement. À bien y penser, c’était MOI le problème.
.
Alors que faire dans ces cas-là ? Si je ne peux pas écrire sur ça, je n’écris pas sur ça. C’était aussi simple. Je dois écrire sur autre chose, voilà tout.
.
Pour vous faire un petit résumé :
– Séléna 1 est terminé (dernières corrections puis SP !)
– Séléna 2 est écrit ! (enfin, il manque un chapitre additionnel et la réécriture, mais le gros est là)
– Mon roman d’urban fantasy est en pause, comme d’autres projets dont je n’ai jamais parlé mais qui réapparaîtront petit à petit
– Je suis donc en ce moment dans un roman contemporain/drame familial (je commence à peine, le genre a le temps de changer !)

À bientôt, lecteur, lectrice.
Et, pour aller plus loin, on en parle ici sur Instagram : publication.

Laisser un commentaire