La difficulté d’écrire une suite

[Écriture] L’étrange, difficile et exceptionnelle expérience d’écrire une suite.
C’est comme ça que le vois, et ça en dit long.

Séléna 2 était ma première suite de roman. J’avais l’impression d’écrire une fanfiction de mon propre roman : pas de contrôle sur l’univers ou les personnages déjà inventés, mais tellement de liberté pour les explorer encore et encore…
À moins que…
Qu’il y ait un moyen de réinventer le monde et les personnages ?
Et… de profiter du Ae tome, qui a déjà posé toutes les bases, pour pousser encore plus loin… ?
Quand j’ai commencé le roman, les difficultés étaient surtout par rapport au tome 1 : rien ne devait aller contre, tous les détails déjà mis en place devaient être cohérents, et il fallait bien sûr essayer de faire mieux, de continuer à s’amuser avec ces personnages déjà découverts, ce monde déjà créé…
J’ai l’impression de m’en être très bien tirée, parce que j’ai trouvé le moyen de découvrir, au milieu de ce que j’avais déjà fait. Quant au développement des personnages… ça a été un véritable plaisir d’approfondir ceux qui n’avaient pas tout révélé d’eux. J’ai joué sur le secret principal de la trilogie tout le long et j’ai fait un 2e tome qui a exploité tout le potentiel du 1er pour aller encore plus loin.
Bon, j’avoue que vérifier tous les chapitres les détails et la cohérence de l’intrigue, des dates, des descriptions… c’était difficile. Encore plus parce qu’il s’agit du milieu et qu’il doit absolument tenir compte du 3e tome, normalement le dernier. Il faut donc continuer le 1 et amener le 3, et s’assurer que tout le monde va bien ensemble.

Ça m’a surpris, à quel point je me suis amusée. Avant de commencer, ce tome 2 était une boule de stress et de questions : quelle intrigue, ne pas se répéter, comment s’amuser…
Mais il s’avère que, comme quand j’écrivais des fanfictions, les contraintes me poussent à relever des défis et à chercher plus loin, plus haut, plus… différent et inattendu.

En fait, suite = créativité.
On verra bien ce qu’en penseront les lecteurs, l’an prochain… Mais moi, j’ai adoré écrire une suite et j’ai hâte de recommencer.

Laisser un commentaire