L’autoédition, est-ce pour moi ?

C’est devenue la question ces temps-ci : autoédition ou édition traditionnelle ?
Aujourd’hui je vous fais un résumé des différences principales et j’essaie de vous aider à choisir !
.
La première chose que je vous conseille de faire, c’est de prendre une feuille et de poser sur papier VOTRE définition du succès. Sur 1, 6, 12 mois ou plusieurs années, qu’est-ce qui serait idéal pour vous ? N’ayez pas peur de rêver et surtout ne bradez pas vos désirs ou ambitions. Si vous savez ce qu’est VOTRE succès, vous saurez où aller maintenant.
.
Voici les questions que je que je conseille de se poser avant de choisir :
☀️ Où est-ce que je veux que mon livre soit acheté (internet, librairies, espaces culturels, grandes surfaces) ? Et sous quelle forme (ebook, relié, broché, audio) ?
☀️ Est-ce que je suis capable d’assumer les rôles de l’éditeur (mise en page, choix de format/taille/papier, vente, promotion, démarches légales et administratives) ? Est-ce que je le veux ? Est-ce que j’en ai le temps ?
☀️ Est-ce que je peux investir si besoin dans la correction professionnelle, la couverture, la promotion payante, les services presse ?
☀️ Est-ce que j’ai les connaissances pour tout cela, ou la possibilité et volonté des les acquérir ?
☀️ Est-ce j’ai envie de travailler avec une maison, un éditeur, seul, avec des professionnels de mon choix ? Quelles décisions je veux avoir sur mon livre ? Quels revenus j’espère en tirer par rapport aux tâches que je voudrais effectuer dessus ?
☀️ À quelle vitesse est-ce que je souhaite publier ? Et combien de livres ? (Le processus en maison traditionnelle est lent + ils misent sur des auteurs qui souhaitent écrire plusieurs livres plus que sur ceux qui n’en écrivent qu’un. Aussi, les livres suivants dépendent du succès des précédents en maison, pas en autoédition).
.
Pour ma part j’ai fait le choix de l’auto édition : j’aurais bientôt un Master d’édition, je souhaite vivre de ma plume et mon succès n’inclut pas de prix littéraires ou de vendre 1M de livres.

À bientôt, lecteur, lectrice.
Et, pour aller plus loin, on en parle ici sur Instagram : publication.

Laisser un commentaire